Une bénévole chez Multimondo témoigne

Liana raconte pourquoi elle a choisi d’être bénévole, qu’est-ce qui la motive, et quelles sont ses tâches.
Tu souhaites également t’engager en tant que bénévole pour Multimondo? Alors appelle-nous: 033 322 50 20 ou écris-nous un e-mail: info@multimondo.ch. Nous nous réjouissons de faire ta connaissance!
Tu peux regarder la vidéo ici.

Ordinateurs, smartphones, tablettes

Initiation aux médias numériques

À QUI S’ADRESSE LE COURS ?

Ce cours s’adresse aux personnes qui font leurs premiers pas dans le monde numérique ou qui souhaitent élargir leurs connaissances existantes. Il est également conçu en coordination avec les cours de français, afin d’initier les participant-e-s à l’apprentissage de langue autonome. Le cours s’oriente fortement aux besoins des participant-e-s. Des ordinateurs portables et des tablettes sont à disposition, mais les participant-e-s sont également invité-e-s à apporter leur propre équipement.

CONTENU

  • Traitement de texte (compétences de base en Word et Excel)
  • Recherche sur Internet et courrier électronique (e-mail)
  • E-learning, l’apprentissage indépendant par les médias numériques
  • L’utilisation des ordinateurs portables, des tablettes et des smartphones

OBJECTIF A ATTEINDRE

L’objectif est de permettre aux participant-e-s d’acquérir de l’assurance dans l’utilisation des médias numériques et de renforcer ainsi leur indépendance dans notre monde complexe.

DATES, COÛTS

Vendredi 14.00 – 17.00, 6.8.2021– 17.12.2021, CHF 270.-

INSCRIPTION
Par téléphone: 032 322 50 20 ou par courriel: info@multimondo.ch
inscription personnelle: Lundi: 10.00–13.00 / mardi & jeudi: 15.00-18.00

Flyer

Vacances

L’administration des cours de MULTIMONDO sera fermée du 8 juillet 2021 au 18 juillet 2021. Merci de votre compréhension.

Résumé de la 12ème soirée Dialogue

La 12e soirée Dialogue a eu lieu mardi 1er juin. Vous pouvez lire le résumé ci-dessous

Soirée Dialogue du 1er juin « Ville comestible : lintégration à travers un projet de jardinage » Avec Kathrin Winkelhausen, consultante en santé et coach en nutrition.

Depuis 2018, l’association MULTIMONDO organise la série d’événements Dialogue, qui invite des personnes aux biographies diverses à discuter et à partager leurs opinions sur des sujets sociopolitiques lors de plusieurs soirées par an. Lors de la soirée Dialogue du
1er juin, Kathrin Winkelhausen, consultante en santé et coach en nutrition, nous a présenté un exemple de Mâche.

Avec le tour de présentations initial, où nous devions lier un objet spécifique (une pile, un feutre et un étui à lunettes) à la thématique de la soirée, nous avons eu la possibilité de nous connaître et de voir comment l’environnement et le sujet de la soirée nous lient tous et toutes. Afin de souligner la valeur de ce lien entre l’être humain et l’environnement, Kathrin Winkelhausen nous a parlé de deux projets qu’elle a lancés à Bienne, qui mettent l’accent sur l’importance pour tout le monde de prendre soin de l’environnement et de ce qui nous entoure.

Kathrin Winkelhausen habite à Mâche, où elle a lancé un projet de jardinage il y a deux ans. Elle a lancé le nouveau projet « Bienne mangeable » il y a quelques semaines. Mais qu’est-ce qu’on entend par « ville comestible » et quel en est le lien avec l’intégration ? Notre invitée nous a expliqué que l’idée serait non seulement de verdir la ville, mais de concevoir ce verdissement avec des plantes comestibles – comestibles pour les humains ou les animaux. Il pourrait s’agir, par exemple, de zones sous les arbres, de parties de parcs, de ronds-points et d’autres lieux publics qui, à l’heure actuelle, ne sont constitués « que » de pelouse ou dans lesquels sont plantées principalement des fleurs, qui sont
peut-être belles mais pas idéales pour les insectes. Des herbes sauvages, des fleurs à salade et, selon les cas, des légumes pourraient être plantés à ces endroits.

Par ailleurs, ces coins verts pourraient servir d’espaces neutres, de lieux de rencontre où les gens peuvent se réunir, s’entraider et échanger des idées. Chaque personne peut, d’une manière ou d’une autre, participer à un tel lieu, que ce soit activement en jardinant ou en partageant avec d’autres. Le statut social, la situation financière, l’origine deviennent secondaires, car tout le monde a le droit de prendre soin de ce lieu – et, comme le dit Kathrin Winkelhausen : la cuisine et le jardinage sont deux activités par lesquelles des personnes ayant des histoires de vie différentes peuvent échanger sans avoir à mettre en avant un niveau de formation ou d’autres qualifications particulières.

Le projet « Bienne mangeable » se fonde sur ces principes et sur deux autres idées : d’une part, la mise en pratique de l’« upcycling », l’acte de récupérer des matériaux ou des produits utilisés ou inutilisés afin de les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d’une autre utilité ; et de l’autre, le travail avec les jardinier-e-s de la ville, afin de voir ce qui peut être utilisé et planté où et comment.

Un autre exemple de projet qui lie jardinage et intégration est « Nouveaux Jardins », mis en œuvre dans certains cantons de Suisse romande par l’EPER (Entraide Protestante Suisse). Il associe un tandem linguistique au jardinage : une personne possédant un jardin, qui aimerait le partager ou qui ne peut peut-être plus l’entretenir elle-même, est mise en relation avec une personne qui n’a pas de jardin mais qui aimerait jardiner. L’une des deux personnes doit être issue de la migration et vouloir améliorer son français. Les deux personnes peuvent ainsi apprendre à se connaître par le biais du jardinage, échanger et se rapprocher, des liens d’amitié pouvant également se développer.

Actuellement, selon Kathrin Winkelhausen, nous nous trouvons dans une « Ville en Transition », c’est-à-dire une ville qui œuvre à faire participer ses habitant-e-s et qui a pour objectif d’améliorer la résilience de la ville face au défi que représente la crise climatique. Pour cette raison il est très important de sensibiliser le public à l’environnement et aux questions environnementales telles que la nutrition. Lors de la soirée Dialogue, tout le monde était d’accord à dire que notre société doit changer et prendre davantage soin de la planète et des autres – en commençant par les habitudes alimentaires et comportementales de chacun et chacune.

Dialogue est soutenu par fondia.

Le Forum Together en juin/juillet/août

Pour les enfants :

Les samedis 3 juillet et 28 août auront lieu des concert pour enfants  ! Vos enfants pourront découvrir une autre partie de l’histoire de Himmu le dragon et Colette le colibri, ainsi que de nouvelles mélodies du monde entier !

Lors de la Journée de la lecture à voix haute du 26 mai, nous voulions faire une chasse aux histoires à Bienne en cas de beau temps, mais comme le temps était un peu changeant, nous avons opté pour le programme alternatif, un Kamishibaï multilingue. Nous aimerions organiser ces activités (à nouveau), peut-être en été ! Restez à jour via notre site web, Facebook ou la liste de distribution WhatsApp.

Sinon vous pouvez toujours rejoindre le groupe Whatsapp « Forum Together KIDS » pour recevoir régulièrement des idées d’activités pour enfants et aussi pour être informé de nos événements pour enfants. Contactez-nous au 077 905 75 61 pour être ajouté au groupe.

Pour les jeunes :

Le projet « Les oreilles en voyage » de l’association « Zuhören Schweiz » a bien démarré en mai et les participant-e-s sont actuellement engagé-e-s dans la production de leur propre morceau radiophonique qui représente leur « chez soi ». En juin, sont prévus trois autres ateliers Audio. Plus d’informations sur notre flyer et sur Facebook.

Pour les adultes :

Le 1er juin a eu lieu la soirée Dialogue sur le thème de « Ville comestible-Intégration à travers un projet de jardinage ? ». Le résumé de cette soirée et d’autres, ainsi que des informations sur les futures soirées de dialogue, sont disponibles sur notre site web et sur Facebook.

Le jeu de société autour des langues et des cultures est en plein développement. À chaque atelier, nous découvrons de nouvelles langues, cultures et traditions grâce à nos participant-e-s, mais nous apprenons aussi à mieux nous connaître. Les personnes intéressées peuvent s’y joindre à tout moment. Plus d’informations sont disponibles ici.

Les clubs de lecture espagnol et russe continuent à se réunir, en ligne ou sur place (en respectant les mesures sanitaires), une fois par mois chacun pour discuter de livres dans leurs langues respectives.

La soirée d’information sur le « Salaire jeunesse », organisé par le Chindernetz Bern en collaboration avec le Forum Together à Multimondo l’automne passé est reproposée le 31 août 2021. Comment les enfants et les jeunes apprennent-ils à gérer l’argent ? Comment les parents peuvent-ils parler d’argent à leurs enfants ? Quelle est la base juridique et que doivent savoir les enfants et les jeunes à ce sujet ? Ce sont quelques-unes des questions qui seront abordées. Plus d’informations suivront bientôt sur notre calendrier et sur Facebook.

Pour tout le monde:

L’armoire solidaire est régulièrement ouverte tous les jeudis de 9h30 à 11h30 et de lundi à vendredi entre 11-12h à Multimondo. Vous pouvez y trouver des articles gratuits (vêtements, jouets, vaisselle et bien plus encore). Du 28 juin au 1er août, les heures d’ouverture varient en raison des vacances d’été. De plus amples informations suivront.

Attention, les horaires d’ouverture de la bibliothèque interculturelle LibriMondo seront différents pendant les vacances d’été ! Vous pouvez toujours emprunter des livres via le prêt à distance à tout moment ! Vous trouverez plus d’informations sur les heures d’ouverture, le prêt à distance et les autres offres de LibriMondo ici.

Test fide en français à Bienne le 26 juin 2021

Multimondo s’associe au CIP Tramelan pour organiser l’évaluation de langue fide dans ses locaux. Le CIP, qui détient l’accréditation du test, organise le déroulement et met à disposition ses expertes.

L’évaluation de langue fide certifie les compétences linguistiques orales et écrites. Elle a été conçue spécialement pour la vie quotidienne en Suisse, sur mandat du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM).

Elle est composée d’une partie “Parler et comprendre” et d’une partie “Lire et Ecrire”. Vous pouvez vous inscrire aux deux parties ou uniquement à l’une des deux.

Après avoir réussi l’évaluation de langue fide, vous recevez un passeport des langues. Ce document indique le niveau atteint (A1, A2 ou B1) séparément pour les compétences écrites et orales. Le passeport des langues fide est reconnu sur tout le territoire Suisse et donc aussi pour les renouvellements de permis de séjour.

L’inscription peut se faire au moyen du bulletin ci-dessous à renvoyer au CIP jusqu’au 10 juin 2021 ou en passant à la réception de Multimondo durant les heures d’ouverture, également  jusqu’au 10 juin 2021.

Descriptif

Bulletin d’inscription

Règlement

 

à la recherche d’un emploi ?

Vous êtes à la recherche d’un emploi ? Nous vous y soutenons ! Les dates des cours du deuxième semestre de notre programme de mentoring 2021 sont fixées.

Les coûts du programme sont trop élevés ? Pour les personnes privées, un soutien financier est possible sur demande. Nous disposons d’un fonds avec lequel nous pouvons couvrir une partie des coûts. Toutefois, ces fonds étant limités, nous vous invitons à vous inscrire le plus rapidement possible !

Vous pouvez nous contacter au 077 440 93 02 ou par courriel à l’adresse mentoring@multimondo.ch ou venir en personne pendant nos heures d’ouverture.

Nous sommes situés à la

Rue du Marché-Neuf 64
2503 Biel/Bienne

et sommes disponibles aux heures suivantes :

Lundi 10h00 -13h00
Mardi 15h00 -18h00
Jeudi 15h00 -18h00

Nous recherchons des bénévoles!

Nous recherchons des bénévoles pour notre garderie.

Description du travail
Avec un-e collègue vous vous occuperez d’un petit groupe d’enfants âgés de 2 à 6 ans. Selon le temps, vous irez à l’extérieur avec les enfants ou vous les aiderez à réaliser des bricolages et des jeux dans nos locaux.

Exigences
Vous aimez passer votre temps libre avec des enfants et vous prenez du plaisir à communiquer avec eux ? Vous rencontrez les autres avec respect, vous êtes de nature tolérante et vous acceptez l’autre dans son intégrité ? Vous êtes patient-e ? Alors nous nous réjouissons de vous connaître !

Connaissances d’allemand ou de français au moins au niveau B1.

Emploi du temps
2,5h par unité
1 à 3 fois par semaine.

Personne de contact
Silvana Keck-Drammeh, silvana.keck@multimondo.ch
032 322 50 20

Résumé de la 11ème soirée Dialogue

La 11e soirée Dialogue a eu lieu mardi 23 mars. Vous pouvez lire le résumé ci-dessous

Soirée Dialogue du 23 mars « L’exploitation du travail en Suisse : comment la reconnaître et que pouvons-nous faire pour y remédier ? » Avec Nicole Emch de l’ACT 212.

Depuis 2018, l’association MULTIMONDO organise la série d’événements Dialogue, qui invite des personnes aux biographies diverses et variées à discuter et échanger sur des sujets sociopolitiques lors de plusieurs soirées par an. Nicole Emch, coordinatrice du travail de sensibilisation et des relations publiques de l’association ACT212 était notre invitée le 23 mars.

Pendant la soirée Dialogue, Nicole Emch nous a présenté l’ « ACT212, Centre de consultation et de formation contre la traite des personnes et l’exploitation sexuelle ». L’ACT212 s’engage à lutter contre la traite des êtres humains et les problèmes connexes tels que l’exploitation sexuelle et l’exploitation du travail. Le nom même du centre de consultation et de formation est révélateur de ses champs d’action : ACT212 est l’acronyme de « Agir, Coopérer, Thématiser », suivi de la date de ratification du traité international contre la traite des êtres humains en Suisse le 2ième décembre 1949 (2.12.1949). L’objectif de l’ACT212 est de lutter contre la traite des êtres humains en Suisse et à l’étranger, d’identifier et de protéger les victimes et de punir les auteur-e-s. L’ACT212 dispose également d’un bureau national d’enregistrement à bas seuil où les victimes, les parents, les connaissances, les employeur-euse-s ou d’autres personnes peuvent signaler des cas de traite des êtres humains ou des situations d’exploitation ou demander conseil. Si cela s’avère nécessaire et possible, et en concertation avec la personne concernée, les cas sont transmis aux autorités compétentes ou à d’autres organismes compétents.

Nicole Emch a commencé par donner un aperçu des différentes formes que peut prendre la traite des êtres humains :

La traite des êtres humains peut prendre la forme de l’exploitation sexuelle, de l’exploitation du travail, de la mendicité organisée, de la violence rituelle, du mariage forcé ou de la méthode du loverboy. Les « Loverboys » sont des trafiquants et des proxénètes et souvent des adolescents eux-mêmes. Ils séduisent les jeunes filles (12-18 ans) en leur promettant le grand amour. La jeune fille est alors systématiquement rendue dépendante de lui et de plus en plus isolée de son environnement. Petit à petit, il l’initie à la prostitution dans le but de gagner le plus d’argent possible avec elle. Finalement, elle est amenée à se prostituer pour l’aider financièrement.

La traite des êtres humains est extrêmement lucrative et elle touche 40 millions de personnes (surtout des femmes et des enfants) dans le monde entier. La forme la plus courante est l’exploitation sexuelle. Selon l’article 182 du Code pénal suisse, la traite des êtres humains est une infraction punissable.

Nicole Emch indique qu’environ 400 déclarations ont été reçues depuis le lancement du Bureau national d’enregistrement des déclarations en octobre 2015. Toutes les formes de traite des êtres humains ont été incluses dans ces déclarations. La plupart de ces déclarations ont été faites par des proches, et non directement par les victimes de la traite.

La suite de la discussion lors de la soirée Dialogue s’est orientée vers les différentes formes d’exploitation du travail en Suisse. Nicole Emch a ajouté que sur les 400 déclarations reçues, 29 déclarations avec un total de 57 victimes concernaient l’exploitation du travail. Les secteurs du travail concernés sont surtout la construction, l’hôtellerie, l’agriculture, les services de beauté et des secteurs plus cachés, car appartenant au secteur privé, comme le ménage, les soins aux enfants/aux personnes âgées. On estime que le nombre de cas non signalés est beaucoup plus élevé que 29 cas avec 57 victimes. Selon Nicole Emch, il y a plusieurs raisons pour lesquelles il y a si peu de déclarations : a) la personne se trouve illégalement en Suisse et ne s’adresse pas aux autorités compétentes par crainte d’être expulsée du pays ; b) elle se retrouve dans une situation de dépendance (par exemple, elle est dépendante du travail et ne peut pas se « permettre » de résister en risquant de perdre son emploi) ; c) la personne elle-même ne se rend pas compte qu’elle est exploitée (par exemple, elle n’est pas suffisamment consciente de ses droits en tant que salariée ; elle ne sait pas qu’elle a droit à un salaire plus élevé). Nicole Emch décrit un exemple frappant d’exploitation du travail en Suisse. L’homme concerné a contacté le bureau national de signalement et a décrit son cas :

Il vient d’un pays européen et déclare avoir travaillé plusieurs mois dans une entreprise en Suisse sans recevoir de salaire. Pendant cette période, il habitait chez des compatriotes moyennant un petit loyer. Comme il ne recevait pas de salaire, il ne pouvait plus payer son loyer et a dû rentrer dans son pays. Seulement plus d’un an après, il prend son courage à deux mains et envoie un mail au Bureau d’enregistrement des déclarations, depuis l’étranger. Il est directement mis en réseau avec un centre de conseil dans le canton concerné.

Comment pouvons-nous détecter plus simplement ces situations et comment pouvons-nous y remédier ? Selon Nicole Emch, une étape importante consiste à sensibiliser les professionnel-le-s, les employeur-euse-s et le grand public à cette question, et à faire connaître les bureaux de signalement et de conseil tels que l’ACT212. Au niveau politique, il y a une demande, selon elle, pour changer les bases légales actuelles, car celles-ci ne sont souvent pas assez efficaces.

La thématique est très vaste et a soulevé plusieurs questions de la part du public. La soirée a montré qu’il est difficile de déterminer si une situation peut être qualifiée d’exploitation ou non. Les frontières sont flexibles et il n’existe pas de base juridique claire. Il est certainement important de prendre conscience de la situation, également en ce qui concerne nos choix de consommation, et d’agir en cas de suspicion et, éventuellement de se faire conseiller. Les cas peuvent être décrits auprès du Bureau d’enregistrement des déclarations qui établira une première évaluation, après quoi il peut encore être décidé si le cas doit être poursuivi ou non. Le rapport peut être fait de manière totalement anonyme.

Si vous êtes concerné-e-s ou connaissez quelqu’un-e qui se trouve dans une situation d’exploitation, n’hésitez pas à contacter l’ACT212 – Bureau national d’enregistrement des déclarations contre la traite des êtres humains et l’exploitation au 0840 212 212.

 

Dialogue est soutenu par fondia.

 

123
X